Pourquoi une Chaire ?

Avec 7 000 hommes actuellement déployés dans cinq opérations extérieures (bande sahélo-saharienne, RCA, Irak, Liban, Golfe de Guinée, Océan Indien), et plus de 10 000 soldats sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinelle, la guerre est devenue pour les Français une réalité quotidienne. Elle a aussi changé l’image de la France à l’étranger. Profitant de l’éclipse britannique, nous sommes désormais le premier partenaire des Etats-Unis dans la lutte anti-terroriste. Les groupes armés non étatiques n’ont toutefois pas l’apanage de la menace, Moscou ayant relancé en Europe le spectre d’une guerre majeure. Pour faire face à l’intensité et la diversité de la conflictualité, la France ne peut pas compter que sur son armée. Pour faire la guerre, elle a d’abord besoin de la penser. La connaissance est essentielle pour évoluer et, dans ce domaine, nous avons beaucoup de retard.

Les études sur la guerre s’intéressent au phénomène guerrier considéré comme un fait social total (historique, politique, économique, culturel, philosophique, etc.). Elles savent que, pour paraphraser Charles Tilly, c’est la société qui fait la guerre et la guerre la société. Il est important de parler d’« études sur la guerre » plutôt que de War Studies pour s’approprier ce champ qui n’est pour l’instant développé que dans le monde anglophone, qui a admis de longue date sa légitimité et son importance, comme en témoigne par exemple la création du département des War Studies du King’s College London (1962). Au sein des études sur la guerre, les études stratégiques (Strategic Studies) se concentrent sur la préparation et la conduite de la guerre. Toujours en anglais, de nombreuses revues académiques existent, dont les meilleures (International Security, Security Studies ou le Journal of Strategic Studies) comptent parmi les plus prestigieuses de la discipline des relations internationales. Des associations professionnelles structurent le champ, comme la section « International Security Studies » de l’International Studies Association (ISA), et la production scientifique est considérable.

En France, en dépit d’une réflexion ancienne, d’initiatives nombreuses et d’un potentiel croissant, le champ reste fragmenté. D’une part, la recherche institutionnelle est éclatée dans une profusion d’instituts dont les publications souffrent d’un manque de visibilité, de crédibilité scientifique et d’influence. D’autre part, la recherche à l’université est divisée dans des silos disciplinaires (histoire, science politique, droit, sociologie, etc.) qui pourraient dialoguer davantage.

Le moment est opportun pour tenter de surmonter les difficultés françaises, grâce à deux facteurs :
– le renouvellement générationnel. Aujourd’hui, l’espoir vient du renouveau de la recherche universitaire. En forte croissance depuis cinq à dix ans, une nouvelle génération de jeunes chercheurs, souvent formés à l’étranger (Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada), dans des universités où les war studies sont vigoureuses et prises au sérieux, est désormais en capacité de dynamiser les études stratégiques en France.
– l’approche par les études sur la guerre. Si les études stratégiques ont toujours eu du mal à prendre en France, c’est non seulement à cause des réticences culturelles et des luttes bureaucratiques habituelles, mais aussi parce que la greffe n’a pas prise dans un écosystème académique dominé par les sciences humaines et sociales : pas assez inclusives, les études stratégiques ont été et sont encore rejetées par la plupart des historiens, des philosophes, des sociologues et même des politistes. Pour faire accepter les études stratégiques, il faut les intégrer dans les études sur la guerre comme fait social et politique.

La création de cette Chaire s’inscrit dans un mouvement plus vaste destiné à revigorer les études sur la guerre et la stratégie en France.

Laisser un commentaire